La détection de la situation de handicap

Plus tôt les difficultés du salarié sont identifiées, plus ses chances de maintien sont importantes.

Les outils suivants permettent d’anticiper :

  • Système d’information des ressources humaines avec des indicateurs tels que le suivi des absences, les arrêts de travail prolongés…

  • Évaluations professionnelles : alertes si une appréciation professionnelle se dégrade, analyse des cause, difficultés soudaines dans l’exercice de ses fonctions, erreurs inhabituelles…

Dans tous les cas, le retour à l’emploi doit être pensé en termes de compensation des conséquences du handicap pour permettre le maintien raisonnable dans l’emploi et, idéalement, le poste d’origine. Il faut notamment éviter qu’une surcompensation des conséquences de son handicap par le salarié n’entraîne une détérioration de sa situation (maladie, fatigue, burn out …). Renvoie vers la rubrique principe de compensation

Ainsi, il sera primordial de préparer le retour d’un salarié, qu’il s’agisse d’un maintien au poste ou d’un reclassement interne :

  • Suivi régulier du salarié durant son absence, pour autant que le salarié le souhaite

  • Visite médicale de pré-reprise

  • Élaboration de la communication qui fera suite au retour du salarié en partenariat avec lui et en particulier si des compensations sont nécessaires

  • Anticipation sur le déploiement et la mise en œuvre des compensations

  • Suivi rapproché sur les premiers mois pour réduire les risques de difficultés (tutorat, entretien avec le responsable…)

  • Accompagnement psychologique spécifiquement sur la gestion du changement c’est-à-dire dans le deuil de sa situation. Le temps nécessaire à la réadaptation ou l’adaptation est variable selon les personnes, les contextes…

 

Quelques points de vigilance :

  • Le handicap n’est pas toujours visible même si ses conséquences sont tangibles. Il est nécessaire de lutter contre l’oubli et de rester attentif en expliquant et en rappelant les raisons et la teneur des compensations

  • Le handicap n’est pas toujours stabilisé et un suivi permettra d’anticiper une situation de crise

  • Le travail de deuil peut avoir de multiples conséquences pour le salarié : répercussion sur sa vie privée, sur sa vie professionnelle, sur son état psychologique, sur son relationnel avec autrui, … Les répercussions du travail de deuil peuvent donc dépasser le  cadre des seules conséquences directes du handicap. Dans la limite du respect de la vie privée du salarié, être vigilent au contexte général de la situation du salarié facilitera sa gestion quotidienne.